journal de bord


Bonjour à tous, c'est avec beaucoup d'émotion que je vous remercie de vos soutiens. rappelez vous toujours que c'est la somme de ceux ci qui est importante, il n'y a pas de petit soutien.
Tout d'abord je dédie cette traversée à toutes les personnes touchées par la maladie d 'Alzheimer. Pas médiatisée bien sur, leur traversée est tout aussi méritante, un grand coup de chapeau à eux pour l'énergie qu'il continuent de déployer pour continuer leurs routes.
Un grand merci à Roxane Gabriel pour son investissement en Martinique dans l'organisation de mon arrivée. Un bug malencontreux de communication est venu contrarier ses préparatifs, elle a contribué grandement à la diffusion médiatique de notre action, aux noms des malades je lui en suis très reconnaissant.
Merci à tous nos partenaires pour leurs soutiens, financiers et humains.
un grand merci également à toute la petite équipe d'un Océan de Maux. Bernard, Stephanie, JP, Aurore, Julien, Anne, Dom, qui ont assuré le lien avec vous tous scolaire, presses, associations pendant la traversée.
Un merci tout particulier à ma compagne Aurore pour son soutien infaillible.
Je vous aime...


Message du large, samedi 17 février
Nous attendons que Xavier nous communique un nouveau point pour estimer son arrivée ( E.T.A ). Pour l'instant, il est attendu en fin de journée. Hier soir, il lui restait 48Miles à ramer pour arriver au point de rencontre avec la vedette SNSM de Antoine au large de l'îlot Loup Garou
Voici son dernier message qu'il nous a envoyé hier soir
Position à 21h UTC 14°48' 09N. - 59°50'12W
Je voulais que cette traversée soit à l’image de la maladie d’Alzheimer, les conditions ont été rudes et à n’en pas douter celles de la maladie, le sont également. Pourtant j'en garderai en tête de belles images et émotions. Des satisfactions, des plaisirs également. La maladie le permet également, malgré le contexte difficile toutes les personnes malades sont en capacité de vivre de belles choses, de s émerveiller, de prendre du plaisir. D’avoir partagé un peu de leurs ressentis vient renforcer mon attachement à ces personnes, et ma conviction que quelque soit son degré de conscience, ont reste toujours sensible et connecté à ce qui gravite autour de nous.
Aujourd'hui journée très physique, panne de vent cet après midi pendant plusieurs heures, perdu 10 miles sur le programme prévu, j’ai ramé quasi en continue, suis rincé, un peu d’ incertitude pour l’arrivée samedi. Probablement je vais encore ramer cette nuit pour rattraper ça , en tout cas limiter le retard pour l’organisation de l’arrivée.

 

 

 


Message du large Vendredi 16 février

 

Position hier soir : le 15 à 21h00 UTC 14°51'39"N 59°00'56"

 

Il est à moins de 100 MN de l'ilot du Lou Garou, l’endroit où le patron du canot de la SNSM Antoine Rohart et son équipage, que je salue au passage, doivent retrouver Carpe Diem pour le guider dans la passe du Robert.

 

Xavier n'a pas fait son résumé habituel. Le vent étant tombé et s’étant orienté au Nord. Il a du ramer cette nuit pour atteindre le WP que nous lui avions fixé.(Way Point, positions géographiques latitude/longitude). La mer est plus calme et le vent devrait tourner à l’Est en fin de journée.

 

Son arrivée est toujours prévue pour demain samedi en début de matinée.

 


Message du large

 

14 février

 

Position : 21h UTC N. 14°56'17. W 58°03'07. Reste 180 miles
Beaucoup de mal à faire du cap dans cette Marmite encore aujourd’ hui, ça bouge trop Carpe Diem part trop au sud ou trop au nord. Bref on verra la moyenne.
Le ciel c’est couvert après le couché du soleil, c’est bien d’être à l’abris aux passages des grains. J’apprécie, par contre ça fait un bruit du tonnerre dans le bateau, la pluie contre la bulle en plexis.  2 à 3 jours en mer et l’affaire sera conclue. Le moral est bon. Un peu de mal à réaliser. Pour le moment c’est toujours l’horizon autour de moi,  je n’ai pas vu un visage depuis 48 jours, j’ai hâte d’apercevoir la côte. C’est là que s’arrête les analogies avec la maladie d Alzheimer. La fin de mon expérience signifie retrouvailles, et joies partagées. Dans le cas de la maladie et cela n’engage que moi, j’aime à penser qu’il en est de même dans une autre dimension. Retrouvailles et joie de la liberté retrouvée.

 

 

 


Message du large du mardi 13 février

 

Position à 21h UTC. 15°04'20N.  - 56°54'03W.

 

Xavier se trouvait hier soir à 21h Utc à environ 220 MN de son point de RDV avec la vedette SNSM, au large de l'ilot du loup Garou. Il a bien géré sa dérive ; de façon à ne pas descendre trop rapidement en latitude. Il va plus vite que prévu et a pris de l’avance en longitude par rapport au waypoints que nous avions calculé… on peut donc envisager une arrivée samedi à l’heure de l’apéro.

 

 

 

« Après une nuit très mouvementée, très secouée, nécessité de modifier le cap à plusieurs reprises, donc peu de sommeil. La houle annoncée est bien au rdv. 4 m, mais pas trop mal rangée. Journée à grains. Un des premiers vers 8 h va ma refroidir au sens propre. Il a duré plus de 40 minutes. Je ne pouvais pas ouvrir les yeux , c était comme de la grêle tellement ça cognait fort, la mer en ébullition. Un ciel de cendre. J’en suis sorti trempé et glacé jusqu’aux os. J’ai sorti ( un peu tard) ma veste de quart pour le reste de la journée . Je l’ai gardé jusqu’au soir. Il y a eu pas mal de grain, moins violents que le premier. J’ai réussi à manger 2 conserves et compote à midi. Ce soir ça secoue encore pas mal. Je vais manger froid encore, l arrivée approche et je commence à ressentir comme un sorte de soulagement. Je me demande si arrivé vers le terme de leur «  voyage «  les malades ressentent également un soulagement. Une sorte de «  ouf c’est bientôt fini. C’est une impression que j’ai eu souvent... »

 


Message du large

 

12 – 13 février, les messages étant décalés (décalage horaire avec la Martinique)

 

Position :21h UTC. 15°05'33N. -  55° 47' 53W.

 

Ça y est,  j ai retrouvé le banc de rame. Une mer toujours bien formée mais je dirais avec plus de douceur aujourd'hui. Plus docile, houle et vagues semblent s’être unis pour me faciliter le passage. J’ ai quand même dû batailler toute la journée pour ne pas descendre sud et maintenir le cap à l’ouest. Ca m’a fait un bien fou de pouvoir tirer sur les avirons, le moral est regonflé à bloc pour affronter la dure journée de mardi, prévisions houle de 3 à 4 m , il faudra aussi éviter de se laisser trop embarquer vers le sud. Puis après ça les conditions doivent s’améliorer progressivement jusqu'à l’arrivée.
L’activité est aussi salutaire et bénéfique pour le moral chez les malades Alzheimer. On est souvent surpris de leurs possibilités et de leurs capacités à faire. Dans la joie et la bonne humeur, ils y prennent du plaisir et surtout, ils se sentent bien dans ce moment de partage. Je pense fort à eux.

 


Message du large

 

Dimanche 11 février

 

Position : 21h UTC 15°12'29N. - 54° 45'01W

 

On ne change pas de régime. Beaucoup de grains, des rafales, à un moment sous grain c’est monté très fort, la mer s’est mise en rang de bataille, une lumière magnifique sur le martèlement de la pluie sur l Océan . Apocalyptique mais magique. Là, tu t’accroches aux branches. Plus de 10 h dans le cockpit à gérer le cap dans cette houle de plus de 3 m, à te prendre des douches. J’ai globalement eu froid aujourd'hui, humidité et vent fort, brrrrrr. J’ai réussi à produire de l’eau ouf,  j'étais à sec. C’est toujours difficile de se préparer a manger et de manger aussi, pâte, compote, conserve, gâteaux secs, on y arrive. Ma main a bien cicatrisé top suis super content et surpris que se soit si rapide dans ces conditions. Merci au petit marabout qui a bossé dessus. Dans ce contexte difficile, je suis bien content d’avoir un échange sms avec ma chéri le soir. Sans cet étayage affectif, il en serait bien autrement, plus dur pour trouver les capacités à dépasser mes limites. Et je suis convaincue que pour les malades il en est de même, bien évidemment. Se sentir aimé, écouté, recevoir de l’attention et voilà vos batteries chargées, prêtes à vous amener plus loin, sur votre route, qu’elle soit maritime ou tout autre.

 



Samedi 10 février
Message du large un peu en retard du au décalage horaire et au connections .. le matériel de bord, lui aussi, souffre.
Position 20h 50 UTC. 15°31'35N. - 53°04'58W.
Conditions légèrement moins grosses aujourd'hui, plus de 3 m quand même. Sinon c' est pas drôle. Beaucoup de grain ce matin, des bonnes douches. Mer toujours impraticable, le temps devient comme plus lourd, il se charge d' un cocktail d' ennui, d' impatience, de lassitude qui ralentissent ses rouages. La Martinique n' est plus très loin, à peine plus de 400 miles , je vous laisse faire vos pronostics sur jour et heure d arrivée, le ou la gagnante aura droit à une initiation Aviron si, il ou elle le souhaite, ( mais pas océanique, juste dans la baie chez nous) et ma reconnaissance éternelle...


Message du large

 

Vendredi 9 février

 

Position : 19h 30 UTC : 15°40'05N - 52°25'11W.

 

 Comme prévue très grosses conditions et grosses frayeur, logique, quand j’ ai vu la vague monter, je l’ ai trouvé plus pentue que d’ habitude, je me suis levé, accroché, et le bateau c’ est retrouvé dans l’ écume au sommet de la vague, complètement submergé. J’ avais la tête qui dépassait. Le bateau est resté bien perpendiculaire à la vague pas de souci . Mais quelques secondes en suspension. Balloté très fort dans l’ écume, T’ as même pas le temps de flipper , c est après que la pression retombe, tu ressens le besoin de te mettre de la musique ce genre de truc. Bon depuis ça va, Je suis juste un peu moins zen que d’ habitude. Du coup j ai perdu le Thermos boisson et celui pour cuire les aliments, bref, il est temps d’ arriver. Moins de 500 miles à faire. Beaucoup de grains également ce matin, tu sèches vite ici, c est déjà ça…Et la bonne nouvelle du jour, c’ est que je pense, que la cicatrisation de ma main est bien partie, c est l’ impression que j’ en ai. Ça à l’ air saint, pourtant les conditions d’ asepsie ici feraient hurler une infirmière.

 


Vendredi 9 février

Rendez-vous avec Xavier sur la page Zouk TV en direct par téléphone à 15h30 soit 20h30 en métropole.

 

https://www.facebook.com/zouktv/

 

 

 

Possibilité d'appeler pendant l'émission. au 0596712707

 

Merci à Roxane Gabriel pour avoir organisé ce rendez-vous

 

 

 


Message du large
Jeudi 8 février
Position: 20h30 UTC. 15°46'07N - 51° 16'51W
Après une nuit où, j' ai été bien secoué et après avoir écopé les litres d eau embarqués dans la nuit, petit dej. rapide, pas le luxe d'un thé chaud possible, vive les corn Flakes, vite prêts vite mangés, à midi idem ,pâte, boite maquereaux, compote biscuit. Pas de notion de plaisir à proprement parler, quelques petites séquences plus douces de la houle dans l' après midi.
Ou Le houle s' allonge un peu, procurant ainsi un peu d'apaisement. Le soleil est là heureusement, la lassitude puis parfois l' ennui gagnent du terrain.
Le GPS extérieur n' a pas survécu aux paquets de mer qu'il a pris pendant la nuit. Il était bien pratique, on fera avec le portable de secours. Cette nuit les prévisions prévoient un peu plus gros, j' avoue que j ai mon cotât. Ce sont les journées les plus dures depuis le départ. C' est plus la succession de ces jours d'ailleurs qui est épuisante psychiquement. La barre des 500 miles approche, yess en voilà une bonne nouvelle. Un bon lit, une maison qui bouge pas. Ça doit être bien...


Message du large
Mercredi 7 février
Position : 20h 40 UTC 15°58'42N - 50° 06'25W
Cette nuit encore un voilier » Naomi »qui n’ est pas passé loin de moi. Je ne l’ ai pas interpellé. No french. Aujourd'hui, je n’ ai pas changé les habitudes. No rame, plan d’ eau qui forcit non praticable, et en toute honnêteté, ça tombe bien, ( positive attitude), si je veux que ma plaie cicatrise, ce qui n’ est pour le moment pas le cas. J’ai installé un petit gréement de fortune pour grappiller quelques milles, car je ne suis pas super serein vis a vis de ma plaie. Je dois gagner 0,5 à 0,75 knts avec mon morceau de bâche, tant pis pour les puristes mais sécu d’ abord. Donc bloqué et contraint à rester dans le cockpit toute la journée sans être vraiment actif. Je me demandais ce qui se passe dans la tête des personnes qui sont statiques comme ça toute la journée dans les résidences. Comme moi qui observe la houle, du moment où il y a du mouvement autour de toi’ tu peux très bien centrer ton esprit sur ce flux, moi la houle, eux les personnels qui gravitent autour d’ eux, les autres résidents. Et la journée finit par passer. Si on peut penser que des moments de solitude comme ça ne sont pas forcement négatifs, par contre si c’ est quotidien alors je pense qu’ il est impératif de les aider à être en relation avec le monde de façon concrète. On voit d ailleurs très bien les regards qui prennent vie quand on les sollicitent.
Après une journée comme celle là, on va dire pour trouver un équilibre, j’ aurais bien voulu voir du monde pour parler, pour me sentir vivant. Là je suis total déconnecté.


Message du large

 

Mardi 6 février

 

Position ;20hUTC - 16°01'35N. - 48°59'41W
Je suis toujours dans le chaudron magique, ça bouge pas mal, la pluie c’ est invité pour une courte séquence, impossible de stabiliser un cap, ça promet une nuit sympa, il faudrait pas que la situation s’ éternise, pour le moment le moral reste bon, le chapelet des miles restant à parcourir s’ égraine rapidement et produit son effet euphorisant. Mais ça n’ a rien d une navigation sereine et un peu d apaisement serait le bien venu.
D’ailleurs’ même la faune ne semble pas apprécier, pas vu de dorades, poissons volant ou oiseaux ces dernières heures, ils sont tous rentrés se mettre à l’ abri devant une feu de cheminée. J’ai réussi à manger chaud ce midi, c’est déjà pas si mal.  J’ai pris le risque d’écrire ces lignes dehors avec une pochette étanche, je ne ferais plus avec ce type de mer. J’ai pris une grosse vague par l’arrière qui m’a rincé entièrement et le canot avec bien sûr, une grosse claque et j’ai bien cru que la pochette étanche n’avais pas joué son rôle. Il était bloqué  sur le logiciel de navigation et ne voulais plus rien savoir, même pas s’éteindre.  Après une exposition au soleil l’ iPad a bien voulu reprendre du service, ouf . Car celui là, il me fait tout. Centrale de navigation. Et communication, j’ai eu peur de l’avoir perdu. Heureusement que la présence du soleil a été généreuse aujourd'hui et a contribué à gérer la pression. Je viens de me rendre compte que je n’ai pas obturé la ventilation arrière, il y a de l’eau sur la couchette, allez j’éponge.
Pour revenir sur le soleil voilà un fabuleux facteur de résilience. Pour les malades également bien sûr, quand on peu leur en faire profiter ce sont des étincelles qui scintillent dans leurs yeux. J’en profite pour remercier le Rotary club de Concarneau partenaire du projet mais également pour leurs  accompagnements lors des sorties extérieures des résidents.

 


 

 

Lundi 5 février

 

Position à 20h UTC. 16°01'05N -  47°44'31W

 

Conformément aux prévisions la mer ne me laisse pas de répit, ça doit encore grossir demain. Si je dois me bagarrer pour tout, tenir sur le bateau, me préparer à manger ou écrire ces quelques lignes, au moins au niveau rame, c’ est plutôt tranquille. Elles sont bien rangées sur leurs supports. Ma vitesse de dérive propulsée par le vent fort, la houle et les vagues se situe entre 2 et 4 knts. Voir plus dans les gros surf.

2/ Il devient de plus en plus difficile de communiquer ces jours ci. Les messages  passent mal. Ils faut les expédier 8 fois des fois avant qu’ ils soient reçus, quelle frustration pour moi. Je lui ferais bien sa fête à ce satellite récalcitrant. Je pense aux personnes qui ont des troubles du langage, qui ne peuvent exprimer leurs pensées.  Malgré tout, ils déploient une incroyable énergie pour ce faire comprendre autrement, expression du visage, regard, mains. Pour ça, il faut un interlocuteur qui prenne le temps de cette écoute là. Avec mon satellite, j’ ai beau lui faire des grimaces, ça marche pas mieux.

3/De larges et longues guirlandes ocres ondulées sur l Océan laissant présager dans quelque temps l’ apparition de champs d'algues. Les miles continuent de défiler et cela joue un rôle majeur dans ma motivation .

 

 

 


Message de l’océan

 

Dimanche 4 février

 

Position : 20h UTC 16°20'30N. Longitude pas communiquée
Cette nuit petite discussion par vhf avec le voilier Moflette qui tout comme moi faisait route vers la Martinique. J’avais du mal à comprendre mon interlocuteur, mais ça m’a fait du bien de savoir qu il y avait quelqu’un sur l’eau pas loin. Il était à 6 miles de moi. La mer toujours aussi peu maniable, je ne me souviens même pas de la dernière journée où les conditions étaient meilleures. Elle a un avantage, je l’avoue, elle pousse fort vers la Martinique. Je viens de commencer le dernier livre d’ Hubert Reeve, « Le banc du temps qui passe « je dois dire que le lire ici au milieu de l Océan lui donne une tout autre dimension. C’ est une succession de méditations cosmiques , pas mieux pour prendre conscience de notre véritable place dans ce monde. Je ne peux que le recommander à tous et je vous rassure, pas besoin de faire l’ Atlantique à la rame pour le lire. Un bon canapé fera très bien l’affaire. Il m’ aide à prendre conscience que mon chez moi ne s’ arrête pas à la porte de ma maison, mais qu’ ici sur cet océan, je suis aussi chez moi.
Il fait parti de mon habitacle, ainsi que la totalité de la planète et bien sûr les constellations, la voie lacté etc... il explique pourquoi dans un langage très simple, de l’ astrophysique à la portée de tous. Un bonheur. Heureusement que j’avais ça aujourd'hui car le dimanche n’ est pas mon jour de solitude préféré.  Elle pèse plus lourd le dimanche, il y a rien à faire. Je la subie même si ces jours les miles défilent vite, je cherche quand même l accélérateur.

 


Samedi 3 février

 

Position à 20h UTC 16°31'59N. - 45°25'59W. 

 

 Les jours se suivent et se ressemblent, même vent même mer que hier, donc même programme allégé pour protéger la plaie. Mais, les sessions de rame de l’ après midi ont eu raison de la situation et ont réussi à percer l’ abcès. C’ est ragoûtant, désolé mais qu’ est ce que c’ est bon quand ça sort tout ça, beurkkk. Plein de pu là-dedans . Maintenant cicatrisation. C’ est marrant mais aujourd'hui, je priais pour que ma main guérisse au mieux.

 

Je sais pas qui je priais, Dieu,  les forces de la nature, l’ univers, bref peu importe mais  j’ étais connecté à quelque chose que je ne maîtrise pas trop d ailleurs. En institution il arrive assez souvent que des personnes athées viennent assister aux offices religieux. Peut être un peu comme moi, ils n en savent pas trop sur la démarche spirituelle mais je pense qu’ il sont sensibles à l’ attention qu’on leur porte tout simplement et que c’est agréable de partager un moment de paix.

 

En tout cas me voilà exaucé. J’en profite pour saluer l’ équipe de port la forêt et les remercie de leurs disponibilités pour les mises à l’ eau de Carpe Diem, ainsi que tout le Team Marara Va'a qui soutient pour la seconde fois une traversée océanique a la rame. Bises à tous

 


Message de l’océan

 

Vendredi 2 février

 

Position à 20h 30 UTC : 16°42'19N  44°18'16W.

 

Un grosse partie de la journée, une mer qui ne permettait pas grand chose à la rame. Des périodes courtes pour les séries de vagues et houles avec des intervalles de 8 à 9 secondes ont fait que j’ ai préféré mettre le corps au repos, pseudo repos en fait, car rester sur le bateau en mouvement ça te brûle un paquet d énergie. Mais la blessure a eu un peu de repos comme ça. J’ ai juste fait 3 séquences en fin de journée. Ça tombait bien car la nuit précédente, il a fallu que je sorte modifier les réglages du bateau à chaque changement de vent pour garder le cap et il y en a eu ...ça me fait vraiment bizarre de ne plus avoir de repères dans ma journée.
Pas d’ horaire de bureau, pas d’ horaire pour manger...le décalage s’ accentue, je me sens plus près de l’ albatros que du chimpanzé.
J’ adore observer les dorades qui surf les vagues juste sous la surface de l’ eau, elles viennent juste à côté des pelles de mes avirons, peu être parce qu'elles sont jaune et bleu comme elles. A quoi pensent les personnes qui sont malades quand on les laisse face à elle même. Est ce que comme moi, ils se sentent faire un peu partie d un autre monde ?. C’ est important que chacun puisse vagabonder dans sa tête comme bon lui semble, mais, être reconnecté ne peux t’ amener qu’ une émotion positive. J’ ai encore un peu de temps devant moi pour la reconnexion, mais quand j’ y pense parfois, je ressens déjà l’ émotion. Sinon autre point de repaire important pour moi aujourd' hui,  je suis maintenant à moins de 1000 miles de l’ arrivée. Yesss… je commence à avoir hâte...

 


Jeudi 1er Février

 

Position : à 20h 20 UTC. 16°47'07 N 43°08'16 W

 

 Après 2 jours difficiles, l’ autoroute c’ est ouverte à nouveau ce matin. Vent et houle dans le bon sens qui te pousse fort dans le dos, un bonheur. Malgré la douleur dans la main. Surinfection sur une ancienne ampoule qui a creusé avec l eau de mer. Donc, consultation centre médicale spécialisée pour les marins en mer. Je suis sous antibiotiques pour le moment et antalgiques. J’ ai aussi un genou qui a enflé, il est chaud, bref c’ est pas terrible,  je verrai après la main, une chose à la fois, la douleur ne m’ a pas empêché de ramer. Plus de 7 h aujourd'hui, pas de contrôle radar sur cette autoroute là.

 

La douleur, c’ est une préoccupation importante avec les personnes qui souffrent d’Alzheimer. Surtout quand ils n’ ont plus les mots pour l’ exprimer. Ce qui est sûr, c’ est qu’ une douleur exprimée de quelques façon que ce soit est réelle. Même si on ne saisit pas tous ce que la personne essaie de nous dire.  Les approches non médicamenteuses ont une réelle action. Elles sont simples, en premier lieu se poser , écouter attentivement, montrer l’ endroit, poser sa main à côté ou dessus là zone. En parler. Proposer des petits massages , faire diversion musique... dans ma situation , j’ aimerais bien que quelqu’un regarde où j’ ai mal , s’ assoit à côté de moi, cela m’ apaiserait ,  aucun doute là dessus. Une douleur ça se partage pour être soulagée.

 

 

 


Jeudi 01 février
Message de l'océan
Dans son sms, hier soir, Xavier mentionnait son problème à une main. Il a réussi à joindre le centre médical de Toulouse. Vu que la zone douloureuse est chaude, ils lui ont conseillé de se mettre sous antibiotiques et pansement gras pour cicatrisation

 


Message de l’océan

 

Mercredi 31 janvier

 

Position : 20 h UTC.  16° 51' 01"N - 42°18' 14"W 

 

C'est la nuit que je me rend compte qu’ il y a du monde sur l’ eau. Avec l’ AIS, je suis informé des bateaux qui passent dans un rayon de 23 miles autour de Carpe Diem, c’ est  encore 2 cargos qui sont passés, le plus près à 10 miles, il y a de la marge. Très belle journée, même si vent est toujours au sud, donc qui ne m’ aide pas. J ai pu faire une grosse journée de rame. Il ne me reste plus que 4 oranges( quel plaisir de les savourer) si le centre Leclerc fait des livraisons à domicile, je suis preneur. Comme il est partenaire, je pense que ça ne va pas poser de problème.

 

N’ empêche que c’ est le type de plaisirs super important pour le moral. À la résidence il arrive qu’ on me demande un café ou un gâteau, ou alors, je propose à quelqu’ un qui est assis devant une table. Je m’ assois à côté et le café est juste en prétexte pour rentrer en relation. Et d’ un coup, la personne s’ anime, échange de regards dialogue, c’ est gagné. Un plaisir partagé, c’ est ça l’ important, j’aimerais bien partager mes oranges, mais il n’y a pas de volontaire..

 

Problème et suspicion d’ infection à la main qui me contraint à joindre le centre médical de Toulouse qui a mon dossier et le contenue de ma pharmacie. A voir.

 


Mardi 30 janvier 20h UTc.
N 16°52’ 00. W. 41°33’20.
Journée résilience par excellence. Il m aura fallu puiser dans mes ressources et aller chercher de l énergie dans tous vos soutiens pour aller au bout de cette journée. Je commence par remplir les ballasts, 3,20 avec vagues et houle croisées j assure sécu, j ai pas été déçu, une mer qui n a. Pas arrêté de changer de profil toute la journée avec des moment shaker ou ça part dans tout les sens, puis d autres moments plus apaisé mais toujours très mouvementé. Une lutte sur les avirons pour maintenir le cap, tellement lutter qu il y a un axe qui a cassé. Donc changement de la bête, et là au surprise j ai pas la bonne clef. A force d énergie j y suis arrivé avec deux multiprises les mains explosées. Je suis lessive ce soir.J ai quand même un peu avancé avec un cap correct, en dérive cette nuit je risque de faire un peu de nord. Pour me récompenser de mes efforts j ai assisté en live à une superbe chasse. Le prédateur un oiseau type goéland en un peu plus petit ventre blanc bordure des ailes dessous noir, dessus brun, victime poissons volant. A un moment ils sont passés a 5 m du bateau, course poursuite effrénée, lumière du couchant, magique. 2 mn après je revois l oiseau saisir sa proie en plein vol dans une gerbe d eau. Wahou elle valait bien la peine cette journée.merci de vos soutien ils me sont précieux.


Carte de progression du 30 Janvier 20h UTC
Carte de progression du 30 Janvier 20h UTC

Lundi 29 janvier 20h UTC
N 16°56’01. W 40° 47.49
Au lever du soleil, une mer très calme, comme j en avais pas encore eu. Décision rapidement prise, après petit dej. Plouf.dans la piscine, histoire de voir si il y a besoin de nettoyer, dire bonjour aux copines, et petite séance de balnéaire.toujours bizarre quand tu te mets à l eau, tu te glisses timidement dans l eau, comme pour ne pas déranger, je regarde au fond, enfin vers le fond, j aurais pas aimé être le carreleur qui c est tape les lignes de nages à faire, j irais pas voir si elles sont droites d ailleurs.mais je pense au grand Bleu et ce sentiment d être happé par les profondeurs. Je débarrasse la coque de la nouvelle colonie d anatifes en train de s installer, toutes petites alors facile à gratter.une dizaine de grosses mémères( dorades bien sur) ont pris leurs distances et me toisent un peu du regard.après ça la journée rame peu commencer.j attaque mes dernières oranges, je sais pas si c est l orange en elle même ou ce qu elle représente
pour moi à cet instant(à savoir mon séjour sur l île de Hierro dans l attente du départ) mais je la savoure, je sais qu il y en plus beaucoup et elle prend une toute autre valeur. Ça me ramène aux plaisirs, aux attentions qu on peux apporter aux malades et l alimentaire y a une place très privilégiée. Les œufs à la neige de Suzanne, elle avait l habitude de faire ça en dessert au repas du dimanche. Elle savait qu elle faisait plaisir aux enfants. Allez hop pour clôturer notre repas je demande à Suzanne si ça lui ferait plaisir de nous en faire aussi à nous.Tu penses bien qu elle pris les choses en mains, à distribuer les rôles, mais non pas comme ça, plus fermes les blancs…
Qu elle régalade, les œufs oui, mais surtout de la voir elle, de l’entendre nous raconter les repas de famille, on en a reparlé un moment de ces œufs à la neige. On comprends bien que ce ne sont pas les œufs en soi qui sont important mais toute la charge affective qu ils portent. C est ces émotions là quand elles refonds surface qui permettent d alimenter et d.attiser la petite flamme qu on a l intérieur. C elle qui vous maintient en lien avec la vie


Dimanche 28 janvier 20h UTC.
N 17° 01. 16. W. 39°59’06
Après une Bonne nuit où à 23 miles de distance (il y a de la marge) j ai croisé le cargo Lefkara . Même pas pu voir ses feux, trop loin la chaleur a fait son apparition, et c est maintenant un élément à considérer sérieusement, hydratation, protection, toute la journée dessous ça constitue une fatigue supplémentaire. Je devrais pas me plaindre me direz vous, je veux bien le partager en tout cas, sans ombre sur le bateau ça reste un acteur agressif, je crois que je vais me bidouiller un taud pour me protéger un peu. Maintenant cap au 260 jusqu'à l'arrivée si vent et houle sont ok. Je profite du passage de la mi parcours pour saluer les partenaires de l'opération, entreprises, institutions et particuliers. Beaucoup pensé à vous ce dimanche, vous étiez là avec moi, merci de votre soutien. Encore une grosse journée de rame, des points de fatigue apparaissent, à voir sur les prochains jours...


Samedi 27 janvier, 10 h, Xavier a passé le cap de la mi parcours , encore 1200 miles devant l'étrave de Carpe Diem...


Merci à tous pour votre soutien !!!!

Enfin la moitié du chemin parcouru !!!

Samedi 27 janvier 20h UTC
N.17°12. 00 W.38°59’20
Conditions plus clémentes que prévues. J ai remplis les ballastes pour rien. Dès le levé je constate avoir passé la marque de mi parcours YESSSSSS dorénavant chaque coup de rame me rapproche du but , de la Martinique, un gros bisous à Henri et Sophie, et à vous tous que j ai hâte de revoir. évidement ça change beaucoup de choses dans la tête même si je sais qu il y a encore 1 mois de navigation. Comme quoi d avoir une perspective, un point.. Un objectif à atteindre vous maintien dans une dynamique positive. C est cela qu il faut apporter aux personnes malades, pas une traversée océanique à la rame, on réserve ça pour les grands malades comme moi, mais des petites choses comme une ballade dans un lieu évocateur une rencontre avec un tel, un repas à la crêperie, revoir des photos refaire les gâteaux qu on aimait tant, etc…..tout ça emballé dans de la gentillesse et de l attention. Bon qui viens me faire le pain perdu de mon enfance


Vendredi 26 janvier 20h UTC.
N 17°31’43. W 37° 57.00
Mer trop agitée et besoin de récupérer des journées précédentes mon conduit a lâcher prise aujourd’hui avec l envie d avancer. C est toujours difficile pour moi de me laisser aller. De renoncer, les projets ont toujours été une dynamique chez moi et laisser passer une journée, en profiter » carpe diem « m est imposé ici et maintenant. Un peu de rame entrecoupé de contemplation et de lecture ont habillé cette journée.j ai fini les lettres de st Exupery, j aurais aimé écrire des lettres comme ça à ma mère de toute évidence nos mères sont à l opposé l une de l autre.Je commence le dernière roman de Clementine Celarie ( en lien avec les capacités de résilience) Ce midi un poisson volant c est invité dans le cockpit, je ne pouvais pas rejeter son invitation à la dégustation, pas vraiment d intérêt gustatif, genre poisson bleu pas très typé. Vu mes talents de pêcheur je vais éviter de faire le Héron dixit La Fontaine.


Jeudi 25 janvier 20h15 UTC.
N 17°59’59 w 36°54’14
La nuit a été bénéfique et m a de bien récupérer de bonne heure sur le banc de rame, la mer semble praticable malgré des prévisions de mer croisée. Je trouve assez vite le rythme et le bon timing entre les vagues du NÉ une houle N et une autre SE. Et oui c est comme ça ici je vais faire une grosse journée, très sportive, très fun, en descendant que très peu sous les 3 knots je suis toujours escorté par les dorades dont je perçois le reflet bleuté sous la surface, elles me gratifient de leurs plus beaux sauts quand elle trouvent que je rame bien, enfin je suppose.La mer ne me fait pas de cadeau, et vlan un coup d Aviron dans les jambes et toc une main coincée et tac une bonne douche froide je peste mais malgré tout je suis en parfait équilibre avec mon environnement. Un vrai régal. Pas de tentative de pêche aujourd’hui, celles d hier s étant encore soldés par de cuisant échecs, j ai trop la honte avec tous ces poissons qui ne demandent qu a mordre ton hameçon. Je remets ça à plus tard. Le soleil va se coucher ici, il est 21h 15 chez vous, pour le moment nous avons 2 h de décalage .je vais commencer à me relâcher, me détendre maintenant...


Mercredi 24 janvier 20hUTC.
N 18°37’42. W36°00’51.
Mer difficile une grande partie de la journée,croisée,désordonnée m’a contraint à lutter pour maintenir mon cap, petite forme aujourd’hui, ce sont les jambes qui ont eu du mal à faire l effort. C est là que le mécanisme de résilience se met en route et parvient à mobiliser le mental pour ne pas poser les avirons.un peu de mélancolie aussi, tant qu à faire autant prendre la formule complète. Je me trouve dans un drôle de paradoxe où je suis venu chercher et j ai trouvé un espace de liberté fabuleux dans lequel je me retrouve coincé sur mon minuscule espace qu est le canot.
Sentiment de frustration de ne pouvoir galoper après les poissons volant ou faire des sauts majestueux comme les faits la dorade coryphene Et si la vrai liberté n était pas une notion d espace. Ne peut on pas la trouver partout à condition qu elle soit ancrée à l intérieur de nous. Les personnes qui rentrent en hébergement perdent évidemment un espace de liberté qui est celui du domicile.dès lors il nous appartient dans ce nouvel espace pour eux et où ils peuvent se sentir à l étroit de leur laisser exprimer leurs désirs de liberté et de chercher des adaptations pour y répondre au mieux.Une fois n est pas coutume je termine la journée sous la pluie( ça ne va pas durer longtemps)


Mardi 23 janvier 20h UTC.
N 19°07.07 W 35°19’28.
L idée de faire un cap plus sud pour arriver au 17 eme parallèle rapidement pour échapper à l influence du courant dans lequel je suis.Le matin difficile de faire cap plus au sud avec cette petite houle croisée, je n avance pas, le vent est trop faible pour m aider, 3 h de rames difficile.mieux l après midi surtout les 2 dernière heures je rame jusqu’au coucher du soleil.ce matin poisson volant sur le pont, j avais bien entendu un bruit d impact cet nuit, c était lui.il parait que c est pas top, je ne l ai pas mangé.comme c est plus calme depuis quelques jours le soir après ma journée je peux faire un vrai toilette avec bassine d eau chaude gant savon dehors dans le cockpit.Un pur bonheur d enlever tout se sel qui te ronge. Après état des lieux de la peau, petite crème à l abricot pour le visage, éosine sur les bobos,et j aime bien mettre un peu de parfum, j en mais rarement d habitude . De se sentir bien dans son corps à un gros impact sur le moral. Pour les personnes malade c est le genre de petit plaisirs ( parfum,maquillage,coiffure,crème…) qui leurs renvoie une belle image d’eux même, une image qui leurs du plaire. Pour moi à bord c est pareil, les dorades se foutent pas mal si je sent bon mais moi je suis content et si jamais quelqu’un passe à l improviste c est mieux… non?


Lundi 22 janvier 20h UTC.
N19°29’07. W34°37’43
Une mer assez calme, vent faible il a donc fallu tirer sur les rames pour avancer,en faisant attention de baisser la tête quand les poissons volant font du rasé moteur au dessus du bateau.tentative de pêche sans succès. Non par défaut de poisson,il aura fallu attendre 30 seconde avant qu il vienne mordre, sauf que ma dextérité à faire des nœuds qui ne glissent restent encore à prouver. Parti le copain avec l hameçon dans la gueule.un vol d oiseau assez haut est venu faire des tours autour de Carpe Diem, un oiseau assez fin clair, blanc vu d en bas avec une queue en forme de queue de pie très fine et assez longue, j ai oublié de prendre le bouquin sur les oiseaux.devant la beauté de cette immensité qu est l Océan de mon point de vue au raz de l eau,je voudrais dire aux enfants qui nous suivent d apprendre très vite à en prendre soin et de ne pas faire comme les générations qui les ont précédées. D ou je suis je vous garantie que je n ai nullement l intention de lui nuire, on prend vite conscience de notre proportion dans cette nature. Autrement dit,on est tout tout petit...


21 janvier 20h UTC N19°42’02 W33°42.16 Journée idéales pour gagner des miles, beaucoup de rame donc, pendant les pauses ça n à pas chaumé, j ai profité du soleil pour faire de la lessive, il était temps, salutations à mes compagnons de route le matin, ils sont tous là. Ramer devient une nécessité, pas que pour avancer mais aussi sur le plan psychologique, c est une mécanique rassurante qui s installe.ramer pour ne pas penser, ramer pour s apaiser. Ça me fait penser à la déambulation pour les malades qui peut être perçu comme un comportement inadapté alors qu elle est apaisante, permettant d évacuer des émotions. Pour mon compte une partie de ma gestion des émotions passe par ce mouvement répétitif. Une excellente journée où tout les ingrédients étaient réunis pour la savourer pleinement.


Samedi 20 janvier 19h50 UTC

N19°54’24. W 32° 36.45

nuageux houle modérée, je peine au banc de rame. Le bateau n avance pas et l effort que je dois y mettre est de plus en plus fort. Les conditions ne sont pas idéales mais je me décide de jouer le scénario convenu la veille sans monsieur soleil et avec mme houle qui c est invitée au casting. Combinaison ,masque tuba racloir Ventouse de vitrier, c est parti à l attaque des anatifes qui recouvrent la coque du bateau et le freinent considérablement. Bonjour mme la Dorade elle est magnifique bleu et jaune, pas très avenante mais vu mon accoutrement je la comprends et puis une Ribanbelle de petits poissons rayés noir et blanc.50 mntes pour nettoyer tout ça en évitant de se prendre la coque sur la tête Génial la ventouse de vitrier merci Mc Coy.un sacré boulot j ai les épaules en compote. La vitesse de dérive augmente tout de suite d’un nœud. C est qui il y en avait du monde là dessous et la couleur de l eau, il faudrait que tous les peintres à la recherche de bleu passent voir ça, une merveille.après un bon plat chaud j ai terminé au passage ma réserve d œufs et tellement heureux de retrouver les performances du bateau que je repars pour 3h 30 de rames jusqu’au coucher du soleil.bon là je suis mort,plus de jus. J ai eu droit à une jolie course poursuite d une dorade après un poisson volant.magique cet instant.bon la Dorade a gagné


Message de l’Océan du 19 janvier

 

Position : 19h 49 UTC N 20°02'12. - W 31°46'34.

 

Journée ensoleillée, mer moins formée qu’annoncée pour accueillir les principaux acteurs qui commençaient à se faire attendre, la chaleur a été là la première, le petit crabe retrouvé dans le cockpit était là dans la nuit, les poissons volant sont arrivés la veille et étaient bien au rendez-vous aujourd’hui, mon ami l’oiseau qui s approche de plus en plus, sa copine le dorade qui a fait étinceler son bleu métallique dans cette lumière Océane. Les anatifes qui ont commencé à prendre leurs désirs pour des réalités ( se faire une transat sans efforts au frais de la princesse en se collant sur ma coque). La faune s’installe également autour du bateau, dorades et autres poissons de tailles plus raisonnables non identifié encore. Chouette on va pouvoir distribuer les rôles et commencer le tournage. Première mise en scène, le nettoyage de la coque, il est grand temps et si la mer continue à s’assagir demain, plouf dans la piscine. Après une bonne nuit de repos car le dos commence à fatiguer en fin de journée. Une journée magnifique dans cet autre monde que peut nous offrir l’ Océan.

 


Message de l’ océan du 18 janvier

 

Position à 19h45 UTC : N 20°12'40 - W31°05'46

 

Ce matin en me regardant dans le miroir, j’ ai vu les regards que je croise parfois auprès des personnes dont je m occupe, plein de mélancolie. Je me suis fait surprendre par ma propre émotions. J’ ai trouvé auprès de ma compagne les mots de réconfort, il suffit d une attention, de quelques mots, gestes pour y trouver de l’ énergie et booster ainsi sa capacité à avancer. La journée qui a suivi a été la plus belle depuis le départ, une réelle joie d être en communion avec l’ Océan qui me laisse progresser sur son dos, soleil à peine voilé qui fait briller de mille éclats la surface de l eau, puis il y a les visiteurs inattendus, plusieurs escadrilles de poissons volant en démonstration, comme au 14 juillet sur les champs Élysée mais ici je suis l’ invité d’ honneur qui d'ailleurs mérite bien sa place, puisque’ il c’est donné du mal pour être là. Par escadrille de 10 ,15, ils jaillissent de l’ eau en simultané, en formation serré et après quelques virages piquent la surface aquatique. J’ ai eu droit à un magnifique virage serré juste au dessus de Carpe Diem, ils sont gris clairs, de vrais avions de chasse. Un joli saut de Dorade également qui est venu se présenter, un grand classique mais tellement émouvant quand on y est confronté.

 

 

 

Ah oui !! …J’ ai oublié de vous dire que j ai passé aujourd’hui le premier tiers du parcours

 

18 janvier. Carte de position de Xavier


Message de l'océan du 17 janvier
Position à 19h 10 UTC: N 20°15'02. W 30°13'26
Super nuit ou j' ai pu dormir par tranches de 1h 30. Du rangement dans le bateau, comme on attaque une nouvelle semaine, transfert de sacs de nourriture de la réserve avant vers la partie habitable arrière. La répartition des masses est très influente sur le comportement du bateau et psychiquement on passe un chapitre. C est pas que je sois pressé mais le poids de la solitude est déjà pesant, tout comme le ciel chargé de nuages aujourd'hui. Très vite les manques apparaissent, criants pour certains et révélateurs pour d' autres. Je peux vite intégrer l' idée de la souffrance psychologique qui peut aller avec, sinon le flux de pensées est apaisé, cela fait 3 jours que je n' ai pas écouté de musique, que le discours de l Océan qui m' explique comme il peut, qu' il est d accord de m' accompagner de l' autre côté. De me sentir en décalage horaire me perturbe et accentue la séparation et cela va en augmentant tous les jours. Réussi à sécher drap housse, mis comme un spi.

Message de l'océan du 16 janvier
Position à 19h 20 UTC: N 20°19'34. W 29°19' 58.
Nuit dernière très difficile.Les vagues qui viennent de N.Ouest et qui percutent le bateau par le coté alors que je suis poussé par la houle du vent de N.Est. Il y avait de gros risque de chavirage malgré la mise en place à 1h du traînard. Resté en veille toute la nuit, j'ai épongé les entrées d' eaux, tout est super humide ce matin, suis épuisé., très dur de démarrer sa journée après ça. Il a fallu me faire violence, me recentrer sur les mobiles de cette traversée pour trouver la force de ramer. J' ai lâché les rames en seconde partie de journée pour ne pas trop puiser dans les réserves. Le matin à chaque coups de rames dans les tibias, les mauvaises manœuvres, il me fallait crier pour libérer cette colère qui était en moi, c' était libérateur, puiser dans mes ressources, dépasser ses seuils génère parfois des comportements que l'on pourrait juger inadaptés, alors qu' au contraire, ils le sont parfaitement. Nous pouvons regarder de façon différentes les comportements des personnes malades


message de l'océan du 15 janvier
Position à 19h 23 UTC. N 20°28'13. W 28° 40.50 . Très grosse mer aujourd'hui, 3,5m mais qui a bien voulu collaborer avec le rameur. 7 h de rame, à peine installé sur le banc de rame et vlan première douche, il y en aura eu beaucoup aujourd'hui.Très physique où s' est mêlé engagement, complicité, émerveillement. Poissons volant de passage en mode furtif, une concentration de tous les instants pour éviter d' être mal positionné sur cette houle toujours croisée. J' ai réussi à me préparer un repas chaud à mi-journée , fatigue physique et psychique ce soir, envie d un bon bain chaud et d un feu de cheminée. Petite casse matériel sur un aviron, le collier de butée. En voulant le remplacer, je me suis rendu compte que je n' avais pas commandé les bons diamètres de colliers et il faudra se débrouiller autrement, vivement que je puisse faire une lessive surtout sécher le linge , ça devient pas top, tout est humide. Le matin je n' apprécie pas vraiment d'enfiler des vêtements humides.

Carte de position du 15 janvier 9h38  20°31'57"N  28°15'40"W


Message de la mer 14 janvier
19h UTC Position: N 20°37'04 W 27°57'35
Alors que la journée se présentait plutôt bien ce matin de bonne heure, le plan d'eau est reparti scénario cocotte minute. Ca bougeait dans tous les sens, j ai rameé , 3h impossible de maintenir un cap, puis j ai lâché l'affaire pour pouvoir me préparer un repas sereinement J' ai mis 50 m de bout avec une section de Jordan pour rester a minima dans l' axe du vent.. .ça c est le côté galère mais aujourd'hui, j' ai vu les premiers poissons qui tournaient autour du bateau. D' abord ce matin, j' en ai trouvé un dans le cockpit, 3cm un bébé dorade. Puis, des sortes de petite bonites qui sautaient à côté. l' idée de pêcher m' a traversé l' esprit et après un petit essaie, il était évident que tout allait s' en mêler dans le traînard. Après une petite sieste dedans une première aussi. Puis séance lecture sur le pont. Assis sur 1parbattage le dos bien calé, ça faisait bizarre de bouquiner comme dans ton fauteuil de salon en plein milieu de la houle de 3m, en plein océan à 30 cm de l eau, juste dingue

Voici la carte de position de Xavier au 14/01 8h30 UTC


Message du 13 janvier, 21h ut
Position : N 20°51'35 W 27°20.41.
En début de journée, je me dis que la journée va être longue, les premiers coups de rame vers 9h30 sont difficiles puis en fin de journée vers 19h, tu te dis que ça a passé assez vite. Mais où j'étais, à quoi j ai pensé, même les flots de pensées habituelles se dissipent, tu te remplis de l espace aquatique qui t' entoure. Je suis constitué de 89% d eau, j' en fais presque parti physiquement de toutes façons..Je rends quelques visites virtuelles à plein de gens qui sont passé de l'autre côté.. ici tu es connecté. Aucun problème de débit,de connexions. Ici c'est débit illimité et gratuit. Est-ce que c' est le dénuement, le lâcher prise qui facilitent les choses ou alors justement la deconnection avec notre monde de terrien qui rend plus connecté sur l eau?..Pour mes accompagnements des personnes présentant des troubles , de la même façon il faut que je me connecte, que je mette mon attention mon écoute, ma concentration sur la même fréquence Qu' eux . Être tout entier présent.

Message du 12 janvier
19h30utc. N 21°12'43. W 26°36'47. Grosse journée aux rames, conditions négociables mais il faut lutter pour faire du cap, je vais reperdre de la dérive la nuit prochaine mais ça, c' est le jeux. Parfois je me trouvais ridicule à ramer au beau milieu de cet océan ou plutôt désuet, tellement insignifiant, puis j ai pensé au chemin parcouru, quelques miles déjà. Alors si un coup de rame ne semble rien, la répétition te fait avancer. Dans l accompagnement des personnes, c'est pareil, un sourire semble si futile, à peine perçu parfois, mais 10 sourires, 100 sourires et la vie reprend. Échange chaque coup de rame donné contre un sourire à offrir. Allez y ça coûte rien et c'est une arme absolue. Bien fatigué ce soir, le physique va plutôt bien, le dos fait un peu la grimace parfois, sinon ça va. Dès que ce sera possible, il faudra que je me mette à l eau, j ai un bout de coincé dans le safran, il fonctionne quand même comme ça.


voici les cartes avec progression Xavier au 12/01 à 10h10 (21° 43' 17 N 26°12'14 W)

Pour Info, à ces cartes, j'ai rajouté la position de Hervé Le Merrer le godilleur de l'atlantique parti en même temps que Xavier de la Restinga, El Hierro, Canaries. ( 22° 30.70800' N 26°0.43200' au 11/01 à 21h02:59)

 

A bientôt

Bernard


Message du 11 janvier

 

Après une nuit shaker avec quelques ecchymoses, difficile de démarrer la journée, d’autant plus que le plan d’eau est tout autant hostile.

 

Après avoir géré les affaires courantes, toilettes, rangement, petit dej, éponger, etc , je sors dans le cockpit. Pas moyen de faire quoi que ce soit, je reste là,  3 heures à m’accrocher aux branches, ça m’a connecté à Raymonde qui suit ma traversée depuis la résidence où je travaille ; Raymonde a 96 ans et la vue lui fait défaut depuis quelques temps, mais, ça ne l’empêche pas de mobiliser en elle toutes les ressources qu’elle trouve pour continuer à faire sa petite ballade quotidienne, discuter, s’intéresser. Alors grâce à Raymonde, aujourd’hui, j’ai trouvé l’énergie nécessaire pour avancer. L’après-midi, j’ai pu aller m’asseoir au banc de rame jusqu’au couché du soleil. La résilience, on peut la trouver aussi chez les autres et c’est contagieux. Merci Raymonde pour ton aide et ton soutient.

 

Voici les cartes avancement de Xavier du 11/01 à 12h50, produite par Bernard.
Position: (21°43'17 N 25°31'10 W )
 
Il est maintenant à quasi 1000 km ( environ 600 Mn) de son point de départ

10 janvier... message du soir
Position : N 21°48'49 -  W25°16'14
Ouf je suis rentré à l intérieur…
Conditions très dures, épuisant de faire à manger, de rester en équilibre et pourtant quelques très belles sessions de rame d une heure à plus de 3 kt tout le temps surf à 5 kt
Bon pour un kite surfeur, c est pas très fun mais pour un rameur océanique je vous assure que j ai kifé ma Life. Et puis au milieu de tout ça une grosse frayeur,il fallait bien que l Océan reprenne le dessus. J allais juste rentrer à l intérieur m abriter d un grain perdu sous ses latitudes. j avais ouvert les 4 loquets du hublots, elle est venue sans prévenir percuter le bateau sur bâbord, moi qui était debout, je l ai prise en pleine poire. Heureusement, j étais bien placé pour faire la contre gîte et éviter le chavirage. j ai senti une seconde de flottement où les masses on discuté le bout de gras pour savoir qui aurait le dernier mot,puis tout c'est redressé. J ai pris un peu d eau dans le bateau 3 fois rien tout juste quelques écopes, je m en sort bien

 

Il me faudra un petit moment avant de reprendre les rames et confiance en la situation. Ce soir la situation est loin d être calme sur l eau. J'ai tâché de sécuriser avec deux sections du traînard de Jordan pour garder le bateau dans l'axe du vent et de la houle principale.

 


Message de Xavier le 10 janvier

 

Position : Hier soir 19h utc. N 22°16'12. W 24°19'17

 

Mer toujours formée mais praticable, bonjours au passage au club Aviron de mer Concarneau, j ai inauguré la paire d Aviron du club aujourd'hui, petit train de nuage typique de l Alizé qui soufflait plus modestement aujourd'hui autour de 15 kt. Je parviens toujours à tenir mon cap, voulant encore faire du sud avant de viser l’ouest plus franchement. Sensation de liberté aujourd'hui avec parfois l'impression de glisser avec légèreté et des sensations de vitesse ( je ne vais pourtant qu’ entre 2 et 3,5 kt). De son immensité, l Océan a totalement absorbé mon esprit aujourd'hui. Pas de musique, on faisait route ensemble respectueusement l’ un envers l’  autre . Je tachais de soigner mes coups de rame, un peu comme une caresse du revers de la main, sur une peau toute à l’ écoute. Fusionner nos énergies pour apprendre à nous apprivoiser, un joli moment même si mes mains pâtissent un peu de ces caresses au long cour. Petite soirée jazz avec un Royal purée steak végétal. Le bonheur.

 


Message de Xavier 08/01/2018
au 08/01 à 19h00 UTC coordonnées 22°43'46 N 23°42'54 W
Dans l ensemble périodes de houle très espacées mer plus douce, trop formée encore pour ramer, j espère demain, alternance nuages soleil, toujours frais sans soleil, malgré tout coup de soleil sur les cuisses les heures se sont égrainées comme on égraine un chapelet en conscience du temps qui passe ou plutôt de sa non emprise sur ma vie à bord. Petite repas ,couture sur le traînard et re-fixer l’antenne vhf qui s était desserrée, lecture, j ai commencé lettres à sa mère de Saint-Exupéry . Puis l orange, 15 H pour moi envie d une orange,j avais du temps à lui consacrer, je me rend compte que c est précieux , le temps. Alors je lui demande d abord si elle veut bien partager un temps avec moi. Je l’ ai dans la main affectueusement, j essaie de savoir d’ ou elle vient, si elle se souvient des gens qui l ont élevé, plutôt bavarde pour une orange, elle me raconte sa vie en Espagne, ses voyages etc.. puis accepte son devoir de se laisser déguster. Une première incision et déjà les parfums se livrent…
Il en suivra une respectueuse épluchure, prenant soin de ne pas la blesser, quartier par quartier elle livrera ses secrets, me transportera au delà du temps et en plus de ses saveurs m insère dans son histoire, c’ elle des gens qui l on produite, qui en on pris soin, puis transporter, puis mise en valeur dans le rayon, enfin je prends conscience que pour se rapprocher des autres accordons leurs du temps. Un espace où nous leurs sommes présent intensément. Évidemment je pense à nos aînés. Le temps nous est précieux, offrons le en cadeau puisque eux nous sont précieux également.


Vendredi 05 janvier :
" Bonsoir mon cœur je ne sais pas qui a rempli le bon de commande pour la nuit dernière, c était parfait. Ne changez rien j en veux bien une autre comme ça . La mer c est apaisé le vent aussi, j ai passé ma première nuit vraiment sans pression, relax, pas trop mal dormi, j ai pu bien ventiler l’intérieur du bateau toute là nuit. Ce matin casi pas d humidité. Allez 4 étoiles pour cette nuit la, j espère qu il y en aura d autre.rame difficile et laborieuse ce matin et du plaisir cet aprem. Les conditions changent tellement souvent dans la journée. Globalement moins de vent aussi. J ai un pote qui vient me voir tous les jours . Un petit oiseau sombre avec comme un Vblanc sur le dos et la queue, à peu près 30 ces envergure. Rien à faire il veut pas sé poser sur le canot. Non mais j te connais pas toi d abord. J ai cru voir du mouvement dans l eau pas trop du bateau, mais on peu voir des reflets partout si on veut, tu crois voir dans chaque écume blanche a l horizon un bateau.
Qu est ce que c est important de recevoir des messages d amour. Un petit je t aime alimente ta journée en énergie. pour moi comme pour les personnes en institution le je t aime ou autre marque temoignage d affection est un véritable tuteur de résilience bien au delà de ce qu on imagine."


Jeudi 04 janvier 9h28
" N 25°15’53. W 21°20’11"


Mercredi 03 janvier :
" 25.°36’02 N 20°55’02 W houle 2 m toujours croisé vent plus modéré 15 knots
Ce mercredi élu meilleur des journées de la semaine, c était pas dur non plus. Une mer toujours formée mais plus accueillante, du coup j ai explosé mon compteur de rame et un peu mes mains aussi. Eosine est de sortie, mais du plaisir en tant que rameur océanique , bien mangé mes trois repas, par contre le bilan de la semaine je n ai pas mangé la moitié de ma ration. C est marrant le soir quand je m enferme dans ma cellule j ai des allures auditives, j entends des voies qui causent autour du bateau ça chuchote plutôt mais si parfois je comprend un mot c est bien tout, le sommeil est toujours très superficiel c est plutôt au petit matin que je somnole le mieux. Pour le moment je suis resté en contact sms avec ma compagne et mon fils quand lors d un changement de vie déstabilisant comme s élancer dans cette traversée ou rentrer en institution pour les personnes malades il y a un besoin vital je vous le garantie d être accompagné et de sentir que la structure familiale est avec vous"


Mardi 02 janvier 2018

26.0000N. 20.1237W.
"Une mer toujours très forte.probablement plus que les prévisions.qui rends tous ce que tu dois faire difficile. Ramer ce matin non stop 2h 30 puis stop épuisant brutal. Je décide de mettre en place le traînard de Jordan en fuite.apres beaucoup d application à préparer la manœuvre je largue le dernier mètre de bout puis la houle fait pivoter le bateau avant que le traînard ne soit tendu résultat il passe sous le safran. Ne sachant pas trop où il était passé et avec un système de safran assez fragile je n est pas le choix que de degager le bout , hors de question de plonger avec cette mer sans me prendre le bateau sur la tête, donc séance d équilibriste à l arrière dans des creux de 4 m avec ma gaffe. Après 35 mntes d galère j ai réussi, trop long à vous expliquer ici. La récompense des œufs sur le plats que je réussi a peu près à cuire avant qu ils ne soient éjectés de la poêle ´ exploits’ après un régale je les mange dehors sans qu ils ne soient inondés ouf.Après je range les rames, je tente une petite lecture. A l extérieur évidemment, dedans c est pas possible pour moi trop chaud’ heureusement je supporte la nuit qui sont fraîche avec l humidité. Problème quand tu lis tu fais moins gaffe aux vagues et un moment marre de me prendre une douche toutes les minutes. Moi qui suit venu chercher un espace de liberté je me retrouve coincé dans ce petit réduit ou accroupi j essayé en me cognant de partout tellement ça bouge d y trouver en vain un peu de conforts. Je prends conscience de la grande difficulté d accepter que ton espace de liberté se voit réduit du jour au lendemain . A chaque instant, même d’écrire ses lignes il me faut engager une grande énergie. Bref ça commence très fort cette histoire."


Lundi 01er Janvier 2018

Les premiers jours d'adaptation sont les plus difficiles ... "Effectivement nuit dur dur' quasi pas dormi, un vrai shaker là dedans. Il fallait que je me cale dans la bannette pour ne pas taper sur les parois. Ce matin 3 bateaux a Proximité heureusement qu ils ne faisaient pas route vers moi, je n'aurais pas pu faire grand chose. Dur de démarrer ce matin houle de 3 m dans tous les sens' ça mouille ça secoue.j ai essayer de ramer une heure puis stop,pas efficace fort risque de ce blesser' du coup glandouille et contemplation en étant très concentré sur la houle.
Quand tu me donne une position c est bien de me donner l heures qui correspond. Mon cœur.je vais essayer de me cuire du riz ,hier soir rien manger si ce n est 3 biscuit et les bonbons de lino.il y a pas de truc qui sont dur a avaler .je vais tenter quelques coups de rames cette aprem si c est mieux. Ce matin plein de doute dans la tête, il faut déjà mobiliser les ressources pour continuer.La bonne année à tous.

26 1107N. 19 5808W.
J'ai essayé de ramer ce matin mais j'ai arrêté après une heure, je n'étais pas efficace, je risquais de me blesser, la mer était trop agitée, donc contemplation....
J'ai voulu prendre le petit déjeuner dehors, il a fini salé avec une vague.
Cet après midi c'était mieux, j'ai pu ramer beaucoup. .. je pense aux anciens dont je me suis occupé qui ne sont plus là, mais pas si loin que ça en fait...
Du monde, il va bien me falloir le temps de la traversée pour me les rememorer...
J'ai vu mon premier banc de dauphins ils faisaient route vers l'est, vers l'Afrique mais ils se sont quand même arrêtés me montrer leurs frimousses ! sympa la compagnie !
Après la dernière heure de rame je prend une douche à l eau douce, j'ai ramassé plusieurs vagues aujourd’hui bien trempé et le sel commence à faire son effet...


Samedi 30 décembre 

"27°11’70N. 18°94’75 W. Vent 10 nds houle 1 m 1.5m. Ça a bougée cette nuit. Des paquets venant s éclater sur le flan du bateau. Le mal de mer semble se dissiper. J ai Mange cette nuit un peu de muesli et 2 bonbons à lino. Ils sont passé ce midi premier plat chaud pâte saucisson, il était temps que j absorbé quelque chose. 6 heures de rames hier et au moins autant aujourd’hui.plus de terre à l horizon au réveil .l horizon sur 360°.l idée d isolement fait son chemin, mais il faut du temps, pour y aller en douceur j ai rame en musique ce matin. La rupture n est pas quelque chose de naturel. Nous sommes fait pour être liée aux autres et c est à mes proches’ ma compagne si aimante et solidaire de cette aventure, à mon fils qui m à fait prendre conscience juste avant le départ qu un simple je t aime a une force extraordinaire, et qu il ne faut-il pas en être avare, que je pense plus particulièrement sur ces premières heures. J ai perdu le contact radio avec Hervé depuis ce matin."


vendredi 29 décembre

"27.4157N. - 18.4241 W. Vent irrégulier 10 nds mer désordonnée normale au Canaries. 24 h de mer ciel couvert’ fais pas trop chaud.mal de mer va un peu mieux. J espère garder le peu que j ai mangé à midi. L intérieur est vraiment inconfortable. C est le bazar .rien n est simple à mettre en œuvre J ai rame 6 h .pas ampoules un peu de crampes. J ai hâte que l adaptation soit passée.pas le temps de trop cogité pour le moment. L île de Hierro est encore bien visible,il faut que je m eloigne rapidement pour ne pas être dans un courant qui me ramènerait à mon point de départ quand le vent tombe.je viens de faire petite sieste de 30 mntes et vais retourner dehors illico, dedans pour le moment j aime pas. Pas étonnant que certains résidents ne pense qu’à fuguer.pour moi pas de bracelet anti fugue c est ma sangle qui m attache au bateau. Pour le moment rien d agréable et il me faut vraiment faire un gros travail sur moi pour continuer..pensées à ma chérie. "


Jeudi 28 décembre 

Ça y est, Xavier a pris le départ à 14h aujourd'hui... 😃
Un départ rendu possible grâce à Alexis du club de plongée qui nous a prêté son bateau pour tracter Carpe Diem... merci à lui !
Un grand merci aux plaisanciers locaux qui ont accompagné ce départ par leurs chaleureux encouragements au son des cornes de brume !


SEMAINE DU 3 DECEMBRE AU 9 DECEMBRE
semaine du transport vers le point de départ
DIMANCHE: Hier soir, après une journée de route, nous arrivons à Bayonne chez ALDO, le gîte et le repas nous attendent, quelques coup de fils, quelques messages et le calme...
Ce matin, direction Madrid ou nous devons retrouver HERVE et CLAIRE, en passant par les Pyrénées, JP en profite pour se défouler avec quelques boules de neiges faites à la hâte sur l'autoroute et baptise le bateau.
Nous allons passer la soirée sans mon acolyte de traversée, la remorque d'HERVE a cassé et il est obligé de trouver un plan B pour ne pas trop prendre de retard sur son timing.
Nous dormons ce soir à Madrid chez MIKE GRIMES, un Irlandais loueur de chambres.
LUNDI: Départ de Madrid, direction Cadix, HERVE a finalement trouvé une solution, son bateau et sa remorque arriverons cette nuit par camion. Les paysages Espagnols m'aident à enfin lâcher prise, ma tête est libérée de tout les soucis de l'avant départ et je me sent vraiment bien et beaucoup plus serein.
Se profile à l'horizon, le ferry demain à 17h pour Tenerife.
MARDI : Nous savourons nos retrouvailles avec HERVE et nous préparons à embarquer sur le ferry, une fois les petits bateaux bien calé dans le gros, c'est le moment de décompresser, plus rien à gérer pendant 48h.
J'ai des sentiments bizarre qui viennent brusquement de s’installer, un peu d'appréhension, un début de manque pour mes proches, nous quittons le continent et reviendrons dans plusieurs semaines. Je suis vraiment au début de l'aventure maritime.
Je prend conscience aujourd'hui que je vais vivre une expérience pas ordinaire...
MERCREDI : Ce soir, nous faisons escale à LAS PALMAS, et repartons vers 1h du matin.
A bord, c'est relaxation, détente, rien à faire alors on profite, on boit un peu. Cette phase de transition avant d'arriver à mon point de départ est salutaire pour mon moral.
On vérifie quelques bricoles électroniques sur le bateau, histoire d'a voir bonne conscience. Demain, en arrivant à TENERIFE au nord, il nous faudra transiter vers le sud ou nous prendrons un autre ferry direction EL HIERRO.
JEUDI:Nous voici repartis pour un peu de route, direction LOS CHRISTIANOS.
C'est notre étape suivante, mais pour l'heure, notre étape sera un pub, pour prendre la température de l'ambiance locale et surtout trouver un toit pour cette nuit...
On approche, on approche...Sauf que...pas de toit pour cette nuit alors système D, je dors dans mon bateau, JP dans le camion !
VENDREDI:Aujourd'hui, nous espérions faire quelques emplettes de dernières minutes car notre prochaine et dernière destination se révèle être un petit coin perdu mais nous n'avions pas prévu...qu'ici à Tenerife le 8 décembre était jour de fête nationale. Boutiques d'accastillage fermés, ce n'est qu'un petit déboire, il nous en faudra plus pour nous décourager.
SAMEDI : 1er réveil au petit port de la Restingua sur l’île d'El Hierro. Après 8 jours de périple, 2500 kms et 48h de ferry, nous voici face à l'horizon, Une digue immense nous sépare de cet océan que je vais bientôt embrasser...Un petit air de bout du monde, 27°, du soleil, le bateau est prêt à recevoir ses derniers réglages et surtout, un sacré tour de passe passe pour tout ranger à sa place...
Le stress du trajet est passé mais à présent, je sent monter une prise de conscience, il va vraiment falloir y aller cette fois !


SEMAINE DU 27 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE
SEMAINE DU DEPART...............
LUNDI: J-5...Tout va très vite, journée hyper chargée et pleine d'imprévus, pourtant ce matin, ça commençait plutôt bien. Un peu d'argent rentre dans la caisse grâce à la vente d'un de mes tableaux, c'est vrai, j'avais presque oublié que la peinture fait aussi partie de ma vie. Direction Rosporden pour rencontrer 3 classes de CM2. Cela devient un exercice aisé et très plaisant, les enfants ne sont pas dans la retenue, ils m'interpellent spontanément, les questions fusent, c'est toujours aussi chouette ces moments de partage.
Après ça les galères commencent: Je tombe en panne en allant chez le médecin, j' attend 3 heures pour le voir, heureusement dans mon contretemps, j'ai la CHANCE d'être tombé en panne devant un garage qui assure une réparation... pas grave...OUF; Mais quelques vérifications sur le bateau et quelques détails à régler vont
entamer un peu ma ZEN ATTITUDE que j'essaie de garder quoi qu'il arrive. Quelques RDV à prendre, un peu de paperasse, réservation du ferry HAI! la remorque est hors gabarit, je réessayerai demain et croise les doigts...
Et tout ça rythmé par pleins de coups de fils d'encouragements...ça fait un bien fou... Mais là, j'vais coucher.
MARDI: J-4...Je rame au sens figuré pour l'instant, mon cerveau est en ébullition, je vais bientôt donner 1 million de coup de rames mais pour l'instant c'est 1 million de choses à faire, à préparer, à ne pas oublier, à anticiper, plus je raille de mots sur ma liste, plus elle se rallonge, c'est un peu comme courir sur place ou ramer
dans une baignoire! Heureusement, mon pote JP veille sur moi, pour lui, c'est du déjà vécu alors je délègue un max, en fait j'ai pas vraiment le choix.
MERCREDI: J-3...Pour la dernière fois avant le départ, le bateau est mis à l'eau à PORT LA FORET pour FRANCE 3 qui vient finir son tournage, sous un magnifique soleil. Reportage ce soir même dans l'édition locale. Bon reportage, tout est dit...
JEUDI: J-2...Le bateau est fin prêt sur sa remorque, il est bien au sec, la prochaine fois qu'il touchera l'eau, ce sera à EL HIERRO pour partir direction la côte Martiniquaise. A mes côtés, sur son propre bateau, HERVE LE MENNER, partira faire sa traversée à la godille...Nous partirons donc côte à côte et ensuite ...chacun sa route.
VENDREDI: J-1... La tension est palpable, JP, Mac Coy et moi préparons les derniers détails, il est temps de vérifier si nos valises sont complètes, de faire le point...on n'arrête pas de faire le point, ce soir dernier debreif avant de prendre la route demain. Je ne serais pas bavard aujourd'hui, trop de percussions émotionnelles se
bousculent en moi, je garde un peu d’énergie pour ce soir...
SAMEDI: «Séquence émotions», après une nuit courte et agitée, il est temps de laisser derrière moi, ma maison, mes proches, mes repères, 1er serrement de coeur, je pense aux malades qui vivent ce déchirement lors de leur entrée en institue.
L'aventure commence aujourd'hui, et cette fois pour de vrai.


SEMAINE DU 20 NOVEMBRE AU 26 NOVEMBRE
Semaine de baptême du bateau et finition des détails
LUNDI: Le gros des préparatifs est bouclé, ça devient presque la routine, ce matin, 4 écoles de CM à Rosporden, présentation du projet, questions, réponses, etc...
Puis quelques achats INDISPENSABLES... mousse à raser, coupe ongles, lunettes de soleil, flûte! j'ai oublié les cotons tiges! Même seul en mer, je me dois un minimum d'entretien et puis, on ne sait jamais, je pourrai croiser une belle sirène.(JP lui, n'a croisé que des moches!!!)
Dernières formalités administratives, déclaration des marchandises, poids du bateau...BLABLABLA
MARDI: De nouveau école ce matin, cette fois à Concarneau; Puis cette après midi, crêpes party au RDC de la résidence. Une équipe de bénévoles vient proposer une animation musique, chant puis café et crêpes.
Dés que les premières notes de "la java bleue" se font entendre, quelques regards s'illuminent, les bouches se mettent à fredonner et plusieurs résidents finissent par chanter de bon coeur sans oublier une seule parole, pourtant certains d'entre eux ont oublié le prénom de leur voisin de table ou quel jour nous sommes ou même si ils ont déjà mangé leur crêpe.
Une journée ordinaire dans un lieu extra-ordinaire.
MERCREDI :Aujourd'hui, FRANCE 3 commence le tournage sur l'expédition, 1ère partie, filmer les résidents dans leur quotidien, Ils assistent donc à notre confection de cookies.
C'est l'occasion pour ceux qui participent de relever "à leur manière" un petit défi personnel.
Pour ALICE, ça va être de réussir à casser les oeufs de sa main gauche.
Pour MARIE CLAIRE, le défi se résumera à tourner la pâte encore et encore et encore...
Quand à RENEE, c'est un tour de passe passe qu'elle nous proposera en subtilisant discrètement du chocolat, et comme c'est une sacré gourmande, elle va  heureusement pour nous, surveiller la cuisson et sauver notre goûter.
Autour de la dégustation, MARIE RENEE viendra perturber un peu tout ça, il faut bien qu'a sa manière qu'elle participe elle aussi.
JEUDI : Je reçois aujourd'hui un merveilleux cadeau...Un coussin pour le poste de repos dans ma cabine et une magnifique culotte harnais pour le poste de nage. Grâce à ce matériel ultra performant, mon délicat fessier, qui va être mis à l’épreuve, bénéficiera de la technologie VICAIR, des petits berlingots remplis d'air, permettant de soulager ainsi mes points d'appuis.
Merci à VERONIQUE et à son équipe.
VENDREDI : Grâce à mon ami JP, et son super montage vidéo, moi...le regard fixé sur l'horizon, imperturbable, moi...seul au milieu de l'océan sur mon bateau, moi... avec des vagues énormes en arrière plan, moi...croisant un requin? un dauphin? allez je garde le requin, moi...affrontant la tempête et les éclairs, moi...en train de faire de la musculation, moi...ramant avec un beau couché de soleil, moi... et ma pauvre main toute
cloqué, je vois le jour du départ approché à grand pas et le moment ou je vais me retrouver seul, moi...face à
moi même. Au fait JP, t'avais raison, mon profil droit est beaucoup mieux!
SAMEDI : C'est un grand jour, me voici face à toutes les personnes qui participent de près ou de loin à mon
projet. Le restaurant LA COQUILLE nous accueil aujourd'hui pour le baptême de CARPE DIEM et c'est l'occasion de voir a quel point la cause que je porte, rassemble.
Entre 80 et 100 personnes sont venu écouter patiemment mon discours et ma longue liste de remerciement car oui la liste est longue, entre les partenaires, les donateurs, les bénévoles, les amis etc... ça en fait du monde et malgré le froid, j'ai senti une énorme vague de chaleur m'envahir.
La marraine ANNE QUEMERE fait elle aussi un petit discours, et exprime rapidement mais de façon très éloquente ce que je vais vivre.
Une lente perte de repères, tout d'abord temporel, puis  géographique, puis totale et enfin une symbiose étroite
avec la mer. Des difficultés certes mais surtout des moments magnifiques.
Puis vient le moment de partager un verre et quelques délicieuses préparations, et je me vois recevoir des
tonnes de bises, d'encouragement, de bravo, de sourires, de bienveillance et je stock, mémorise, engrange pour me faire un petit sac de bonheur ou je viendrai piocher lorsque la solitude me gagnera en mer.
Dans une semaine aujourd'hui, je serai sur la route pour atteindre mon point de départ.
Et le 5 décembre...HASTA LA VISTA


SEMAINE DU 13 NOVEMBRE AU 19 NOVEMBRE
Le projet prend un nouveau tournant, les choses accélèrent cette semaine.
LUNDI: Je commence à tester mon réseau de communication. J'ai du temps aujourd'hui...c'est juste un peu ironique, je m'amuse donc avec mon téléphone par satellite qui me servira pendant la traversée.
1000 caractères par SMS pour transmettre ma position, la météo, mes difficultés, mes joies, mes rencontres peut être mais aussi et surtout, mon ressentie et mes réflexions.
MARDI: je viens récupérer les denrées alimentaires à  KONKAR'BIO, partenaire oh combien important. Le volume est très impressionnant et cela donne une assez bonne idée du temps que je vais passer seul en mer pour venir à bout de tout ce carburant corporel. Un énorme merci à NINOG et REMI, je penserai à vous à chacune de mes mastications.
MERCREDI: Tiens, aujourd'hui j'ai rien à faire... je culpabilise un peu alors je mets sur facebook mon planning super, hyper, méga chargé...HA... ça va tout de suite mieux.
J'ai quand même travaillé un peu: A l'hôpital, j'ai organisé un repas avec les résidents: PIERRE nous a fait une recette tout à fait spéciale pour lui:"Pâtes au jambon et crevettes", un souvenir d'enfance qui deviendra pour moi dans quelques jours un souvenir de grande convivialité.
Aidé de CLAUDE en cuisine, ils ont retrouvé l'espace d'un instant, le plaisir de FAIRE et d'offrir un SAVOIR, une EXPERIENCE...
Ils ont parlé, partagé, ensemble, rompant ainsi le silence, la solitude et l'isolement de leur quotidien.
JEUDI: Un de mes derniers jours de travail avec mes chers résidents. Je profite de ces moments précieux car j'en suis sûr, ils me manqueront bientôt.
Je vais peut être leur manquer aussi, ALICE qui m'appelle "mon chérie" avait un peu froid ce matin, je lui ai apporter un café et nous avons commencer à parler.
RAYMONDE se joint à nous, comme pour venir soutenir notre échange, puis c'est au tour de MARIE JO, attirée par ce qui ressemble à un début de rassemblement,qui vient consolider ce rapprochement et enfin ROSE.
Chacun apportant sa béquille pour faire de cet instant, une petite bulle chaleureuse de convivialité.
VENDREDI: Ce n'est pas la première fois que je me rend dans une école, à la rencontre d'élèves pour leur présenter mon projet et les sensibiliser mais je suis souvent surpris par la profusion et la pertinence des questions.
Ce matin, j'ai rencontrer à PONT AVEN des élèves de 6ème et de 5ème.Ils ont été très réceptifs, très sensibles à la situation des malades. Leur curiosité et leur intérêt ont rendu cet échange très riche.
..."et qu'est ce que tu vas faire quand tu vas pas ramer?"
-"Et bien je vais par exemple écouter de la musique! Grâce à mon ami OLLIVIER, qui m'a préparé une petite sélection pour 800 heures environ"
¶Rame, rame, rameur, ramez¶ on avance à rien dans  c'canoë...La haut, on t'mène en bateau¶
Tu pourras jamais tout quitter, t'en aller¶ tais toi et rame...¶
Merci Alain Souchon mais j'espère que ta chanson n'est pas dans ma playlist!
SAMEDI: Empaquetage des denrées alimentaires dans les locaux de l'école du sacré coeur à Concarneau. On est vraiment dans le concret aujourd'hui.
Environ 80 jours étalés au sol et répartition des céréales,  légumineuses, riz, pâtes, compotes, conserves... Et que
du BIO s'il vous plaît! 3 repas par petit sac puis 7 petits sacs par gros sacs et me voilà fin prêt avec mes 12 sacs!
Étape suivante, faire rentrer tout ça dans le bateau...Mais pour l'instant, au vue de mes menus pour les 2 voire 3 mois qui m'attendent, je m'en vais me préparer une bonne petite poêlée de légumes frais et un bon steak.
Demain...dimanche...repos.
A lundi pour la suite des préparatifs.