Origine du projet


 


Cela fait plus de 12 ans que j'accompagne les personnes dans cette période difficile que peut être la fin de vie avec un contexte de pathologie démentielle de type Alzheimer.

 

Je ne soigne pas, je ne guéris pas, je partage juste un bout de chemin sur leur route semée d'embuches.

Aujourd'hui ce challenge sportif, traverser l’Atlantique à la rame, d'un point de vue professionnel et surtout personnel, me permet de toucher du bout des doigts la compréhension de l'univers de solitude traversé par ces personnes que je côtoie chaque jour.

Grâce à cette expérience unique, je souhaite enrichir ma démarche d'accompagnement et mieux répondre à leurs appels aussi infimes soient-ils.

Je souhaite mettre en lumière aux yeux du plus grand nombre, les capacités insoupçonnées de ces personnes à être en relation avec le monde, à vivre pleinement  et à capter le meilleur  de ce que la vie peut encore  leur proposer. 

C'est en décembre 2014, lors d'une visite au salon nautique de Paris, que je rencontre des . skippers ayant traversé l'Atlantique à la rame. En écoutant le récit de leurs aventures le déclic se produit: "Je veux vivre cette expérience!"

Les témoignages des skippers durant leur traversée de l’océan,

 évoquent l'isolement, la rupture avec les liens familiaux, les difficultés de communication, la perte des repaires spatiaux temporaux, la souffrance physique et psychique, le sentiment de mener un combat hors norme, la solitude, la déchéance physique, la peur, le doute, la perte de l'estime de soi. Autant de similarités qui me font indéniablement penser au quotidien de ces personnes, atteintes de la maladie d'Alzheimer.


TRAVERSER L’OCÉAN EN SOLITAIRE A LA RAME COMME ON TRAVERSE LA MALADIE PUIS ATTEINDRE L'AUTRE RIVE, PLUS RICHE, PLUS FORT DE L'EXPÉRIENCE VÉCUE.

 

PARCE QUE L'OCÉAN EST BEAU ET QUE MALGRÉ LES COURANTS CONTRAIRES, CET OCÉAN DE MAUX A ENCORE DE BELLES CHOSES À NOUS OFFRIR.